Home  --  About the Event  --  Contact Us  --  Host Committee   
News & Photos

Ticket Information
Guarantee the same great seat for the entire 2010 Scotties Tournament of Hearts and enjoy benefits that include admission to the HeartStop Lounge.



Team Canada wins the 2010 Scotties

(version française plus bas)

By Larry Wood
Heart Chart Editor

SAULT STE. MARIE, Feb. 7

In the end, the champs were still champs and the rookies were still rookies.

And, perhaps, both looked the parts.

Defending champion Jennifer Jones of Winnipeg skipped her team of Cathy Overton-Clapham, Jill Officer and Dawn Askin to a third straight Scotties Tournament Of Hearts title on Sunday afternoon with an extra-end 8-7 championship-final victory over Kathy O'Rourke's Prince Edward Island upstarts.

If you'd come in late on the week's scenario you might have thought this would be something less than a tight-fit. After all, P.E.I. never has produced a Canadian women's curling champion.

But those who had seen the previous two collisions of these teams knew the match would be anything but a runaway.

In fact, the Islanders jockeyed in front 6-3 after six ends with a stolen deuce and appeared headed home and dry.

But, then, the heat was turned up over the last five ends, the Jones team stole three points and exhibited the reasons why they've won four titles in six years and will represent Canada for the third consecutive year at the World women's curling championship. The event is slated March 20-28 at Swift Current, SK.
"It blows my mind," said skip Jones during the aftermath. "Three in a row! Four overall! I never ever in a million years expected this would happen.
"But we're a team. We laugh together, we have fun together, we cry together, and we play our hearts out together. I wouldn't want to have done this with anybody else."

Jones compiled a 10-win, three-loss record over the nine-day championship at the Essar Centre.

The win was the fifth Scotties success for third Overton-Clapham, moving her one behind leader Colleen Jones in the record book and alongside the legendary Joyce
McKee of Saskatchewan and Nova Scotians Mary Anne Arsenault, Nancy Delahunt and Kim Kelly.

Jones and Officer joined four-time winners Vera Pezer and Lee Morrison of Saskatoon. Pezer and Colleen Jones are the only previous skips with three straight wins. The latter, in fact, won four in a row.

Lead Askin joined a crowd of three-time Scotties winners.

"It doesn't matter how you win as long as you win," said Jones. "We're a scrappy team and we weren't going to just give it to them on a silver platter.

"It doesn't get any easier but it feels just as good when you win. To be part of winning three in a row is pretty incredible."

The P.E.I. team (9-and-5) from Charlottetown, favourites of a crowd of 3,911, featured 21-year-olds Erin Carmody and Geri-Lynn Ramsay throwing fourth and third rocks respectively, with 45-year-old O'Rourke directing traffic and delivering second stones and 39-year-old Tricia Affleck leading.

The Islanders defeated Team Canada 9-5 during the round-robin preliminaries, then lost 8-5 in the Page One-Two playoff prior to Sunday's final.

It was the first-ever appearance in a Canadian women's curling championship final for a team from P.E.I.

"We'd like to have made history and finished that off," said O'Rourke, "but we gave it our best and it just turned out to be a couple of inches short."
Said Jones:

"We were a bit disappointed on how we started the game. We had rocks that would curl more and it cost us early. But we also had rocks that curl more and that meant we could bury behind some guards and we knew if we hung in there anything could happen. We've proved that before and we proved it again today."
Here's how the match went.

Carmody made up for early-end miscues with a last-rock double-kill to hold the fort in the first end and Jones hit with her last and scored one on a close measure.

Following a blank second, the Islanders engineered a third-end deuce. Jones rolled out on her last hit and Carmody drew for the pair.

In the fourth, Jones grabbed some momentum with a hit and a roll behind corner cover with her first rock. Carmody couldn't bury an attempted to draw behind the guards and Jones had an open hit for a go-ahead deuce.

But the Islanders matched that in the fifth when Jones narrowly missed a cross-rings double leaving Carmody a routine draw.

The match really took a 90-degree turn in the sixth when Carmody stuffed both her stones in the four-foot behind cover with the out-turn. Jones's first attempt to follow hung out and her second in-turn draw to bite the button was inches short, leaving the Islanders a crushing theft of two and a 6-3 advantage.

Jones drew the eight-foot looking at three in seventh, then stole a point in the eighth when Carmody's last raise over-curled. O'Rourke may have been guilty on the sweeping line call because the stone appeared to be perfect.

In the ninth, Carmody had an open out-turn draw to the full eight for the single looking at two eight-foot biters but the rock ground to a halt inches short, yielding a shocking steal of two and the lead.

Carmody had a difficult shot at a double to win in the 10th but her rock sailed wide. And in the extra exchange Jones was faced with a peel-weight kill and executed the last rock for the win.

"I think we had our chances out there but they came on strong, they were amazing. It was a real close final," offered Carmody.

"It was disappointing to fall short like that but, you know, there are a lot of years to come. We had a bit of trouble holding it together after a good start. A couple of misses here and there and that was the game. Probably a little inexperience showed, too."

She said her last-rock draw in the ninth, when the defending champs took control, "caught a little fudge and just died".

"We missed the draw against two and the sweepers got fooled, it got to the fudge way quicker than we thought," explained O'Rourke. "I don't think it was nerves, that's just what happens some times.

"I knew when we got the lead it wouldn't be enough against a great team like Jennifer's. I knew they'd keep fighting and coming at us because that's what a really good team does. But we took it to the very end."

Overton-Clapham said the match reminded her of 2005 in St. John's when the team won its first title.

"We were getting outplayed there (by Jenn Hanna) and we stuck together and stole some points and got back in it."

Overton-Clapham agreed she thought "experience would play a role in the game" on Sunday.

It undoubtedly did.

--

SAULT STE. MARIE, le 7 février

À la fin, les championnes étaient toujours championnes et les prétendantes étaient toujours prétendantes.

Et peut-être que les deux jouaient leur rôle.

La championne en titre, Jennifer Jones de Winnipeg, a mené son équipe formée de Cathy Overton-Clapham, Jill Officer et Dawn Askin à un troisième titre au Tournoi des Coeurs Scotties, dimanche après-midi, avec une victoire de 8-7 dans la finale du championnat contre Kathy O'Rourke de l'Île-du-Prince-Édouard dans une manche supplémentaire.

Si vous étiez venu tard dans la semaine, vous auriez pu penser que ce n'était qu'un match serré. Après tout, l'Île-du-Prince-Édouard n'a jamais eu de championne au championnat national de curling féminin.

Mais, ceux qui ont vu les deux confrontations antérieures entre ces deux équipes, savaient que ce match ne serait qu'une formalité.

En fait, les femmes de l'Île ont pris une avance de 6-3 après six bouts avec un vol de deux points et semblaient se diriger vers un gain sûr.

Mais alors, le vent a changé de côté dans les cinq derniers bouts, l'équipe de Jones a volé trois points et a montré pourquoi ces femmes ont remporté quatre titres en six ans et qu'elles vont représenter le Canada pour une troisième fois de suite au championnat mondial de curling féminin. L'événement se tiendra du 20 au 28 mars à Swift Current, SK.

"Ça me dépasse," a dit la capitaine Jones après coup. "Trois de suite! Quatre en tout! Je n'avais pas du tout envisagé que ça arriverait.
"Mais, nous formons une équipe. Nous rions ensemble, nous avons du plaisir en ensemble, nous pleurons ensemble et nous nous donnons à plein ensemble. Je n'aurais pas voulu accomplir cela avec aucune autre personne."

Jones a accumulé une fiche de 10 victoires, trois défaites au cours des neuf jours du championnat au Essar Centre.

Cette victoire était la 5e aux Scotties pour la troisième Overton-Clapham qui la met à une seule victoire derrière Colleen Jones dans le livre des records et à égalité avec la légendaire Joyce McKee de la Saskatchewan et Mary Anne Arsenault, Nancy Delahunt et Kim Kelly de la Nouvelle-Écosse.

Jones et Officer se joignent aux victorieuses de quatre fois, Vera Pezer et Lee Morrison de Saskatoon. Pezer et Colleen Jones sont les seules anciennes capitaines avec trois victoires de suite. Cette dernière, en fait, en a remporté quatre de suite.

La joueuse de tête, Lead Askin, rejoint un groupe de gagnantes de trois Scotties.

"Il importe peu comment vous gagnez, an autant que vous gagnez," a dit Jones. "Nous formons une équipe avec des lacunes et nous n'étions pas prêtes à leur présenter la victoire sur un plateau d'argent.

"Ça ne rend pas la chose plus facile, mais on se sent bien quand on gagne. Faire partie du groupe avec trois victoires de suite, c'est réellement incroyable."

L'équipe de l'Île (9-5) de Charlottetown, la favorite de la foule de 3 911 spectateurs, est formée des jeunes femmes de 21 ans, Erin Carmody et Geri-Lynn Ramsay, quatrième et troisième respectivement, la capitaine de 45 ans, O'Rourke qui lance les pierres de deuxième et la première de 39 ans, Tricia Affleck.

Les filles de l'Île ont défait Team Canada, 9-5 durant les rondes préliminaires et puis ont perdu, 8-5 dans le match éliminatoire Page 1 vs 2 avant la finale de dimanche.

C'était la toute première fois qu'une équipe de l'Île-du-Prince-Édouard participait à la finale du championnat canadien de curling féminin.

"Nous aurions aimé faire partie de l'histoire et arrêter tout ça," a dit O'Rourke, "mais, nous avons fait notre gros possible. Nous étions à des pouces près."
Jones a ajouté:

"Nous étions un peu désappointées de notre début de match. Nous avions des pierres qui auraient pu courber davantage et ça nous a coûté cher. Mais, nous avions des pierres qui courbaient plus et que nous pouvions cacher derrière des gardes; éventuellement, nous savions que n'importe quoi pouvait survenir.
C'est arrivé dans le passé et encore aujourd'hui."

Voici comment le match s'est déroulé.

Carmody a racheté des erreurs du début en réussissant une double sortie avec sa dernière pierre au 1er bout et Jones a frappé avec la sienne pour marquer un point après avoir fait mesurer.

Après un bout blanchi, les femmes de l'Île ont marqué un bout de deux points au 3e. La pierre de Jones a roulé à l'extérieur et Carmody a effectué un placement bon pour deux points.

Au 4e, Jones a frappé et sa pierre a glissé en arrière d'une garde de coin. Carmody n'a pas pu cacher son placement derrière les gardes et Jones avait un lancer franc pour marquer deux points.

Mais, les femmes de l'Île ont égalé cela au 5e bout quand Jones a raté une double sortie et Carmody a effectué un placement de routine.

Les choses ont réellement changé au 6e bout lorsque Carmody a caché ses deux pierres dans le cercle de quatre pieds. Le premier essai de Jones n'a pas assez courbé et sa deuxième pierre ne s'est pas rendue assez près du bouton; les adversaires ont pu voler deux points et ont pris une avance de 6-3.

Jones a effectué un placement faisant face à trois pierres adverses au 7e et par la suite a volé un point au 8e quand la dernière pierre de Carmody a trop courbé. O'Rourke était peut-être coupable en demandant le balayage, car la pierre semblait bien aller.

Au neuvième, Carmody avait à effectuer un placement dans le cercle de huit pieds pour un point, mais la pierre s'est immobilisée à quelques pouces donnant à l'adversaire un vol de deux points et l'avance dans le match.

Carmody avait un lancer difficile à faire pour une double sortie au 10e, mais sa pierre a glissé à travers la maison. Dans la manche supplémentaire, Jones a déblayé deux gardes et a fait un dernier lancer pour la victoire.

"Je crois que nous avons eu nos chances, mais les adversaires se sont montrées fortes et excellentes. Ce fut une finale serrée," a déclaré Carmody.

"C'est malheureux d'avoir raté notre chance, mais il reste encore bien des années. Nous avons eu de la difficulté à garder notre avance après un bon départ. Quelques pierres ratées ici et là et c'était fini. Notre inexpérience a dû se montrer le museau aussi."

Elle a dit que lors de son dernier placement au 9e bout quand les championnes ont pris le contrôle, sa pierre a ramassé quelque chose et elle s'est immobilisée vite".

"Nous avons raté le placement contre deux pierres adverses et les balayeuses ont été bernées," a dit O'Rourke. "Je ne pense pas que c'était les nerfs, ça arrive parfois.

"Je savais quand nous avions l'avance que ce ne serait pas suffisant contre une très bonne équipe comme celle de Jennifer. Je savais qu'elles n'arrêteraient pas de batailler parce que toutes les bonnes équipes le font. Mais, nous nous sommes rendues au terme du match."

Overton-Clapham a mentionné que le match lui a rappelé celui de 2005 à St. John's lorsque l'équipe a remporté son premier titre.

"Nous perdions là-bas contre Jenn Hanna et nous nous sommes regroupées et nous avons volé des points et nous sommes demeurées dans le match."

Overton-Clapham a admis que l'expérience a joué un rôle dans le match de dimanche.

Il n'y a aucun doute.



Copyright © 2008 Canadian Curling Association. All rights reserved.
Sponsorship Opportunities: klarsen@curling.ca  |  Media Inquiries: gmcnabb@curling.ca
Terms of Use and Privacy  |  Contact Us